Tarifa – Tanger

[extrait de la série]

« Je suis tombée amoureuse d’un détroit, d’une ville « ici », et d’une autre « là bas ».

Tarifa, tout au bout de l’Europe. Une blancheur secouée par les vents, une pointe avancée dans les eaux, remuée par des courants contraires. Partout, le vent et la mer, la mer et le vent, l’océan, les vagues puissantes, le printemps qui explose en couleurs vives sur les collines…

Toutes proches, les côtes majestueuses de l’Afrique, dont on pourrait presque caresser les contours.

Là bas, Tanger. Une plongée obsédante dans les mille visages de la ville. La trace de sa poussière sur ma peau, le parfum de ses matins lumineux, la course folle de ses chiens errants, l’entrelacement de ses ruelles, la violence de ses contradictions, l’évidence de nos rencontres. Et ces silhouettes immobiles, qui regardent la mer, tournées vers l’horizon flou d’un départ impossible.

Entre les deux, les eaux profondes du détroit de Gibraltar, à la fois lien, frontière et sépulture. Un mystère bleu, entier, qui porte des milliers de récits d’exils, de pertes, de rencontres et d’espoirs secrets.

« Tarifa – Tanger » est le fruit de mon exploration sensible et poétique de ces deux territoires. Ici, deux photographies dialoguent au sein d’une même image, l’une est prise du côté européen, la seconde du côté africain.

Une image palimpseste en léger décalage avec le réel, superposant l’ici et l’ailleurs, comme un pont entre deux rives. »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com